Canalblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
The Art of Disney
30 octobre 2007

Concept art L'Etrange Noël de Monsieur Jack

Logo_L_Etrange_No_l_de_Monsieur_Jack

o

nightmare_before_christmas_ver6_xlgWelcome back Jack! A l'occasion de la ressortie au cinéma de L'Etrange Noël de Monsieur Jack en 3D, je vous propose ces quelques très beaux concept arts du film. Pour découvrir ou redécouvrir ce chef-d'oeuvre de Tim Burton au cinéma il vous suffit de vous rendre dans les cinq salles (oui je sais c'est très peu!) équipées de la technologie 3D permettant de voir le film en relief : Duplexe Cinémas (Roubaix), Publicis Cinémas (Paris), Le Paris (Forbach), Ciné Pole Sud (Basse Goulaine), Les Templiers (Montelimar).

o

 

burton2    NGTPB24    TBAPB2

 

TBAPB5    TBAPB10_02    NGTPB11

TBAPB4    NGTPB14    NGTPB16

NGTPB21    NGTPB13    NGTPB23

o

Publicité
15 octobre 2007

Recherches personnages Frère des Ours

Logo_Fr_re_des_Ours

o

Avant-dernier Grand Classique 2D des studios Disney (le dernier en date est La Ferme se Rebelle sortie en 2004), Frère des Ours ne fut pas le succes qui aurait put sauver la 2D de sa chute inéluctable. Pourtant tout les éléments étaient réunis pour faire de Frère des Ours un nouveau chef-d'oeuvre : scénario épique, de gros nounours tout mignons, une qualité graphique indéniable, la participation de Phil Collins pour la musique et les chansons (ce dernier reçut l'oscar de la meilleure chanson originale en 2000 pour "You'll Be in My Heart" extraite de Tarzan), etc... Oui mais voilà, la sauce ne prend pas et Frère des Ours tombe assez vite dans le médiocre voire la niaiserie, piège dans lequel ses ainés n'étaient pas tombés (Le Roi Lion, Pocahontas, Tarzan). Mais que les amoureux de la 2D se rassurent, cette dernière n'est pas morte pour autant et refera bientôt son grand retour chez Disney avec tout d'abord Il Etait une Fois en fin d'année (film mélant scènes en 2D et en live et dont je reparlerai en temps et en heure) puis La Princesse Grenouille en 2009! Pour plus d'info sur ces deux films je vous invite à venir faire un tour sur le forum Disney Central Plaza où vous trouverez tout ce qu'il faut savoir sur ces deux nouvelles productions. Vous trouverez ci-dessous une galerie d'études de personnages de Frère des Ours que l'on doit à Harald Siepermann et Rune Bennicke, artiste allemand ayant travaillé sur plusieurs films du studio (Qui Veut le Peau de Roger Rabbit, Frère des Ours, Mulan, Il Etait une Fois).

o

ba_3F_3Fr1    bear_20color    bear_20generic

bearface    chilkoot_20profile    costume_20Kopie

Denaii    Fightsit    hunter_201_20Kopie

hunter_202_20Kopie    k_0    Kenai_20als_20ba_3F_3Fr

kenai_0    kenai_almostfinal    kids_20Sketches_20Kopie

kinder    misc2    mu_3F_3Ftter3

mutter    mutter1_20Kopie    mutter3

sitka2    sitka3    sitka5

Sitka_20in_20Fur_20Kopie    sitka_20shorthair    tenana

tenana1    tenana3    tenana4

tenana_204    tenana_205    youngkenaihaircut_0

brother_bear1    brother_bear2    brother_bear3

o

6 octobre 2007

Eyvind Earle

Eyvind_Earle_copie

 

Eyvind Earle est né le 26 avril 1916 à New York. Son père, Ferdinand Earle, peintre professionnel, avait étudié avec Adolphe William Bouguereau et James Abott McNeill Whistler. Conscient des aptitudes de son fils, il l'encourage dans sa vocation et lui enseigne son art. Lorsque les parents se séparent, Ferdinand enlève son fils. Tous deux séjournent à Hollywood, puis à Mexico, à Cuba et dans plusieurs pays européens. Eyvind n'a que 14 ans lorsqu'il expose ses premières peintures à Ascain, dans le sud de la France. Quelques mois plus tard, il quitte son père et retourne en Amérique pour rejoindre sa mère en Californie. Il obtient un travail d'assistant dessinateur aux studios United Artist, puis étudie un temps à l'Art Center School of Design de Los Angeles, où son père enseigne. En 1935, avec l'aide financière d'amis, il part un an à Mexico pour se consacrer à la peinture. Il revient et expose avec succès ses oeuvres à Hollywood.
En 1936, il décide d'entreprende un voyage à bicyclette d'Hollywood à New York. Il réalise une aquarelle chacun des 42 jours que compte son périple. Moins d'un an plus tard, ses peintures sont exposées à New York, lors de l'ouverture de la galerie Charles Morgan. Son travail est reconnu et deux ans plus tard le Metropolitan Museum of Art achète l'une de ses aquarelle. En 1940, Eyvind Earle fonde sa propre entreprise de cartes de Noël, qu'il fabrique lui-même en utilisant la technique de la sérigraphie. En 1943, il est contraint de faire son service militaire dans la marine. Il revient deux ans plus tard et reprend son commerce de cartes de voeux, peint des portraits et travaille dans la publicité. En 1947, Earle rejoint la société American Artist Group, pour laquelle il créera en un quart de siècle 580 cartes de Noël qui se vendront à plus de 300 millions d'exemplaires.
Ses illustrations retiennent l'attention de John Hench, responsable artistique aux studios Disney. En 1951, il est engagé comme décorateur et débute sur le courtmétrage The Little House (1952), mis en scène par Wilfred Jackson, puis réalise une centaine de décors pour Peter Pan. Walt Disney apprécie sont style graphique moderne et lui confie la direction artistique du court métrage en trois dimensions Melody, réalisé par Charles Nichols et Ward Kimball. Eyvind Earle expérimente ensuite le nouveau format Cinémascope pour
Toot, Whistle, Plunk and Boom!, toujours mis en scène par Kimball, et couronné de l'oscar du meilleur dessin animé. Il supervise les décors de plusieurs autres courts métrages, dont Working for Peanuts (1953) de Jack Hannah, For Whom the Bulls Toil (1953) de Jack Kinney, Pigs is Pigs (1954) de Jack Kinney et Paul Bunyan (1958) de Les Clark.
En 1954, lors de la réalisation de La Belle et le Clochard, il brosse l'ensemble des fonds de la romance nocturne dans le parc, où son style singulier - une palette de couleur limitée et des formes simples - fait merveille.
Les artistes comme Albert Hurter,
Gustaf Tenggren et Mary Blair avaient influencé les dessins animés précédents, mais jamais aucun d'eux n'avait été à la fois le créateur du style graphique du film et le superviseur des décors. Disney choisit Eyvind Earle comme directeur artistique de La Belle au Bois Dormant. Entre 1954 et 1958, Earle réalise des centaines d'études préliminaires et décors panoramiques à la gouache, sa technique de prédilection. Il expliquait son travail et ses influences :"Lorsque je suis entré chez Disney en 1951, c'était la première fois de ma vie qu'on m'engageait pour peindre. Auparavant je pratiquais cette le week-end, pendant les vacances et le soir. Voilà que du jour au lendemain on me versait un salaire pour peindre jour et nuit, six jours sur sept, en somme pour faire ce dont j'avais toujours rêvé. Pour moi c'était le plus beau travail au monde. Bien entendu j'ai fait beaucoup de progrés. La réalisation de La Belle au Bois Dormant a pris beaucoup plus de temps qu'une réalisation normale si bien que j'ai put dessiner moi-même la majorité des fonds. Mais pour la forêt, j'ai été secondé par une kyrielle d'assistants auxquels j'ai dû apprendre ma technique. J'ai réalisé une grande planche sur laquelle figuraient une douzaine d'étapes de l'élaboration d'un décor. Ainsi, on était sûr que tout le monde peindrait les fonds de la même manière que moi. J'ai commencé par étudier les peintures françaises, allemandes, flamandes et italiennes d'avant la Renaissance. Dürer, Van Eyck, Breughel m'ont beaucoup inspiré et, plus encore, Boticelli. Partant de là, je me suis orienté vers les artistes persans et japonais. Ils avaient su noter les détails des feuilles, des fleurs et des arbres mieux que quiconque." Il quitte les studios Disney en mars 1958 et fonde deux ans plus tard son propre studio de dessin animé. En 1963, il produit, réalise et peint les décors du dessin animé The Story of Christmas, d'une durée de 18 minutes, pour la chaîne de télévision NBC. Il de sonsacre ensuite à sa passion pour la peinture, jusqu'à sa disparition, le 20 Juillet 2000.

 

For whom the bulls toil (1953)

PDVD_005    PDVD_007    PDVD_010

PDVD_015    PDVD_019    08bull

 

Toot, Whistle, Plunk and Boom (1953)

17768021

17768037

17768050

17768062

 

Working for Peanuts (1953)

peanuts11

peanuts12

peanuts14

 

Pigs is Pigs (1954)

pigs2panSM


La Belle et le Clochard (1955)

earle    PDVD_008    PDVD_009

PDVD_010    PDVD_012    PDVD_013

 

The Truth About Mother Goose (1957)

17768557

mothgoose

 

Paul Bunyan (1958)

0352paul01

paul_b10

bunyancontest

 

La Belle au Bois Dormant (1959)

15ealre01   15earle02    70108_800

book_sleeping_page    cradle    maleficent_sleeping

earle_beauty_a    earle_beauty_b    earle_beauty_c

earle_beauty_d    img029_02    img031_02

fire_sleeping    img030_02    PDVD_052

img032_02    img033_02    img034_02

PDVD_028    PDVD_029    PDVD_030

PDVD_053    PDVD_054    PDVD_057

PDVD_059    PDVD_061    PDVD_062

SleepingBeauty_0950_DSC_4458b_5_980

1499117967_a944138da6_o

SleepingBeauty_0963_DSC_4005b_5_980

SleepingBeauty_1443_DSC_4040b_5_980

SlelepingBeauty_0961_DSC_4004b_5_980

earle_beauty_d

SleepingBeauty_0962_DSC_4003b_5_980

aurora2

0118sleep24

0118sleep02

6 octobre 2007

La Belle et le Clochard

La Belle et le Clochard (1955)

earle    PDVD_008    PDVD_009

PDVD_010    PDVD_012    PDVD_013

Publicité
Publicité