The Art of Disney

Bonjour et bienvenue à tous sur The Art of Disney Animation, le blog entièrement dédié aux recherches artistiques des films d'animation Disney ! Créer un long métrage d'animation c'est tout un art! Dessins d'études, peintures, sculptures, story boards, re

31 octobre 2012

Frankenweenie

Frankenweenie

Affiche américaine 02

Troisième long métrage en stop motion de Tim Burton, Frankenweenie est un remake du court métrage éponyme de 1984. À l'époque, le tout jeune réalisateur, qui dirigeait alors de vrais acteurs pour la seconde fois seulement de sa vie, s'était vu offert un budget d'un million de dollars pour réaliser un court métrage de 30 minutes. Il dira plus tard que si on lui avait donné plus de temps (et d'argent) il en aurait fait un long métrage. 28 ans plus tard, les studios Disney donnent enfin à Tim Burton l'opportunité de démontrer une nouvelle fois tout son talent sur une version long métrage de Frankenweenie, mais cette foi-ci en image par image!

LG_TB_Approved_-29 02  10_10_21_Puppets_LG120 02  10_10_07_Puppets_LG71 02

L'idée de Frankenweenie germa dans l'esprit de Tim Burton au début des années 80. Grand fan des films d'horreur des années 30, Tim Burton a voulu avec ce film leur rendre un vibrant hommage. Frankenweenie se veut ainsi une "parodie" éloignée du Frankenstein de James Whale, avec Boris Karloff. On retrouve également bon nombre des titres de films d'horreur célèbres dans les noms de familles des différents protagoniste du film (Victor Frankenstein, Elsa Van Helsing, Edgar “E” Gore et M. Burgemeister). L'origine du projet vient aussi de la relation qu'a eu Tim Burton avec son propre chien étant petit, très forte et affective. La vie des petits canidés étant bien plus courte que la nôtre, nous devons tous un jour ou l'autre faire face à leur disparition.  De ce thème, combiné à sa passion pour les films d'horreur des années 30, naquit Frankenweenie. Prévu pour accompagner Pinocchio, lors de sa nouvelle sortie en salle, Frankenweenie fut mis au placard par Disney lorsqu'il écopa de la classification PG (interdit au moins de 12 ans non accompagnés). Le film connu tout de même une brève carrière en Angleterre, en avant-programme du film Touchstone Baby : le Secret de la Légende Oubliée, et sera finalement disponible en vidéo dès 1992.
Le projet de réaliser une version long métrage de Frankeweenie remonterait à novembre 2005, lorsque Josann McGibbon et Sara Parriott écrivirent une première version du script. Ce n'est qu'en 2006, lorsque Tim Burton signa un contrat avec Disney pour la réalisation de deux films en Disney Digital 3D (Alice au Pays des Merveilles et Frankenweenie) que le projet fut officiellement lancé. Il faudra encore attendre 2009, et la réécriture du scénario par John August, pour que la production de Frankenweenie soit réellement sur les rails. Contrairement au court métrage, la version longue de Frankenweenie fut réalisé en stop motion. Grand amateur de cette technique d'animation, Tim Burton s'y était déjà essayé avec succès sur L'Étrange Noël de Monsieur Jack et plus récemment sur Les Noces Funèbres. Il recruta d'ailleurs une bonne partie de l'équipe de ce dernier film pour réaliser FrankenweenieTim Burton voulait déjà utiliser le stop motion pour son court métrage de 1984, mais sa demande fut rejetée par les dirigeant des studios Disney, jugeant la technique peu accessible par le grand public.

10_10_07_Puppets_LG73 02  10_10_21_Puppets_LG123 02  10_10_07_Puppets_LG70 02

Le tournage de Frankenweenie débuta au mois de juillet 2010 aux Three Mills Studios basés à Londres. 33 animateurs ont travaillé sur le film et la plupart ont oeuvré seuls durant les deux années qu’il a fallu pour créer le film. La semaine typique d’un animateur commençait lorsqu’on lui confiait un plan – un seul animateur étant responsable de tous les personnages impliqués dans ce plan. Après avoir examiné le travail à faire, l’animateur faisait un survol global, une répétition générale avec le directeur d’animation. Ce processus contribuait à définir les mouvements de caméra, l’éclairage et l’emplacement des accessoires. Le lendemain, l’animateur prenait le temps d’effectuer une répétition, complète, plus poussée, où il pouvait se pencher sur les spécificités du jeu d’acteur et le rythme du plan. Tim Burton et le directeur d’animation Trey Thomas étaient très précis dans ce qu’ils désiraient et dans les moyens de faire passer l’émotion et l’humour. L’animateur se consacrait également au réglage de la tension de la marionnette. Cette étape impliquait de régler les vis des membres et des articulations afin de déterminer ce qui fonctionnait le mieux. Certains animateurs cherchent une précision absolue ; ils règlent alors la tension au maximum, alors que d’autres préfèrent une approche plus douce et donc une tension plus lâche.
Un animateur passe forcément plusieurs heures à travailler avec une marionnette pour obtenir tous les mouvements nécessaires, qu’il s’agisse pour elle de s’asseoir, de se tenir debout ou de boire une tasse de thé ou de n’importe quelle autre action. Le jour du tournage, l’animateur sait exactement quoi faire et peut alors commencer à filmer à 24 images par seconde. En tant que directeur d’animation, Trey Thomas s’est activement impliqué dans le processus. Chaque jour, il se rendait sur chacun des plateaux et aidait les animateurs en cas de difficulté. Il explique : “Chaque plan est comme une pièce d’un grand puzzle, il s’agit d’obtenir pour chaque image les expressions et les gestes qui entrent dans un jeu réaliste et crédible. Tim Burton cherchait un style crédible et il voulait que l’on respecte les lois de la physique. Tout devait avoir l’air vrai. Il désirait un film réaliste, authentique, sincère et c’est ce qu’ont cherché à obtenir tous les animateurs.”

Frankenweenie-1 02  lg_tb_approved_-38 02  LG_TB_Approved_-14 02

Plus de 200 marionnettes ont été créées pour le film, dont 18 Victor et 15 Sparky. Il fallait disposer de plusieurs exemplaires de chaque personnage puisque chaque animateur travaillait indépendamment sur des scènes différentes. Ils devaient également pouvoir recourir à des doubles si une marionnette avait besoin de réparations.
La première marionnette à avoir été conçue pour le film a été Sparky, et c’est elle qui a dicté les dimensions de chacun des éléments de la totalité du film. Tim Burton avait une vision très précise du personnage, il souhaitait qu’il agisse et bouge comme un vrai chien. L’armature de la marionnette étant très complexe, il était littéralement impossible de faire Sparky d’une taille inférieure à 10 centimètres si l’on voulait qu’il ait le comportement et la personnalité nécessaires. Une fois la taille de Sparky fixée, les maquettistes ont pu en déduire l’échelle du reste des personnages et des décors. Les marionnettes disposaient de différents degrés d’articulation. Victor était le personnage humain le plus complexe et le mécanisme de sa tête contenait non seulement des commandes pour les lèvres et les sourcils mais aussi un système complexe de clés Allen qui permettait à l’animateur de faire bouger ses joues et sa mâchoire de façon très progressive. Cela lui a donné des capacités d’acteur remarquablement subtiles et variées. D’autres marionnettes, comme Elsa Van Helsing et son oncle, M. Burgemeister, apparaissent moins souvent à l’écran et n’avaient pas besoin de toute la gamme d’émotions de Victor. Les animateurs ont pu obtenir ce dont ils avaient besoin uniquement par la manipulation des lèvres et des sourcils. Sparky était lui aussi une marionnette d’une formidable complexité. Son corps comporte plus de 300 articulations et en raison de la finesse de ses pattes, il fallait souvent le soutenir avec un dispositif spécial afin que les animateurs puissent le faire bouger comme un chien de façon plus réaliste. La productrice Allison Abbate explique : “Sparky ne reste jamais immobile et il aurait été impossible de le stabiliser sur ses petites pattes toutes fines. À présent que l’on est capable de supprimer de l’image les câbles et autres dispositifs au moment de la postproduction, les animateurs bénéficient d’une liberté complète pour le faire gambader et bondir partout comme un vrai petit chien.

LG_TB_Approved_034 02  Frankenweenie-3 02  _MG_5234-Edit 02

Le processus complexe de fabrication des marionnettes comporte plusieurs étapes, chacune étant elle-même complète. Tim Burton commence par dessiner une esquisse du personnage. Le croquis est remis aux fabricants des marionnettes chez Mackinnon and Saunders en Angleterre, qui réalisent alors des sculptures en trois dimensions des dessins, appelées maquettes. Des discussions ont lieu au sujet de ces maquettes entre Tim Burton et les fabricants afin de donner au personnage la forme et l’apparence exactes que souhaite le réalisateur. Une fois que les dimensions et tous les autres critères sont définis, les artistes réalisent une sculpture définitive, distincte de la première maquette. Celle-ci présente une attitude neutre, bras le long du corps, tête droite, visage de face et pieds légèrement écartés. L’étape suivante consiste à fabriquer un moule de la maquette. À partir de ce moule, le fabricant de marionnettes peut réaliser des moulages qui servent à fabriquer une armature. À ce stade, il est important que le fabricant étudie le scénario et détermine ce que la marionnette devra être capable de faire. Le personnage va-t-il s’asseoir, manger, sauter ? Muni de ces informations, le fabricant peut réaliser le type de squelette qui convient précisément aux actions que devra accomplir la marionnette.
La fabrication des armatures doit être très précise car de nombreux éléments mobiles de très petite taille doivent s’insérer à des endroits précis dans le corps de la marionnette. Une fois que l’armature a été fabriquée, le fabricant de marionnettes commence à mouler les personnages. L’armature est placée dans le moule, dans lequel on coule ensuite de la silicone ou du latex. Souvent, la tête est fabriquée à part. Parallèlement, Tim Burton était occupé à travailler avec les artistes pour concevoir les costumes et choisir les tissus. Les costumiers commencent par réaliser des modèles des costumes afin de les faire approuver par Burton, comme par exemple les imperméables de M. et Mme Frankenstein. Ils doivent ensuite coudre à la main tous les costumes avec points de couture très petits pour respecter l’échelle. Ensuite vient le travail des perruquiers. Ceux-ci ont utilisé de vrais cheveux humains pour leurs marionnettes. Ils ont d’abord fait des essais avec des cheveux synthétiques, mais ceux-ci étaient trop brillants et avaient tendance à friser quand on les tirait un peu trop. Chacun de ces cheveux a été piqué individuellement dans la tête, puis ils ont été montés sur du fil de fer, afin de simuler le mouvement de la chevelure lorsque le personnage marche.

frandenweenieexhibit1 02  Frankenweenie-2 02  LG_TB_Approved_-24 02

Pour créer les décors représentant New Holland et la banlieue des années 70, les cinéastes ont fait appel au chef décorateur oscarisé Rick Heinrichs, qui avait déjà collaboré avec Tim Burton sur plusieurs films, dont le court métrage original Frankenweenie. Plusieurs éléments relatifs à l’aspect visuel ont été repris tels qu’ils existaient dans le court original : l’utilisation du noir et blanc, le style expressionniste, l’hommage aux vieux films d’horreur. Burton et Heinrichs ont travaillé ensemble pour créer une nouvelle version de ce qui comptait aux yeux de Burton dans sa création originale et déterminer ce qui nécessitait une approche résolument nouvelle en matière de conception.
Rick Heinrichs a commencé par faire des recherches pour définir une approche du concept visuel du film et de l’atmosphère générale. Contrairement à la plupart des films en prises de vues réelles, l’animation en volume exige de créer tout un monde à partir de zéro. En utilisant la période temporelle à laquelle se déroule l’histoire comme point de départ, Rick Heinrichs s’est documenté sur le style de l’époque, en gardant en permanence à l’esprit que l’intrigue et l’intensité dramatique devaient également être racontées au public de manière visuelle.
La création des décors a commencé en novembre 2009, au sein d’un département décors réduit à Los Angeles – au début, il ne comptait que quelques illustrateurs et un assistant pour les recherches. Rick Heinrichs et son équipe y ont travaillé trois mois avant que l’équipe de décoration ne s’installe à Three Mills Studios à Londres. Là, le directeur artistique Tim Browning a collaboré avec Heinrichs, continuant à développer les décors à l’aide de maquettes en volume, de dessins et d’échantillons. Tim Browning a coordonné le travail des départements artistique, maquettes, décoration et construction – les décors ont été construits sur de grandes tables et entièrement équipés et décorés. Ils sont fabriqués à une échelle bien inférieure à celle des décors d’un film en prises de vues réelles mais le travail qu’exige leur construction présente de très nombreux défis. Tous les éléments de décor doivent être à l’échelle des personnages – c’est Sparky, le plus petit des personnages principaux requérant une armature et des mécanismes complexes, qui a donné l’échelle de tout le reste. Très rares étaient les accessoires que l’on pouvait trouver déjà existants à la bonne échelle et il a donc fallu en fabriquer la majorité et tout peindre à la main. En tout, environ 200 décors ont été construits pour Frankenweenie.

LG_TB_Approved_-28 02  lg_tb_approved_-20bw 02  rich-heinrich-frankenweenie 02

Frankenweenie a été tourné en noir et blanc. Il s’agit du premier film animé jamais réalisé en noir et blanc. La palette s’étendait du noir au blanc avec des centaines de nuances de gris entre les deux. Rick Heinrichs était ravi d’utiliser une palette monochromatique pour raconter cette histoire. Il commente : “Chaque fois que l’on peut, en tant que décorateur, restreindre l’étendue des outils à notre disposition pour mieux tirer parti des quelques-uns que l’on peut utiliser, le résultat est meilleur, plus dense. Ici, nous avons concentré notre attention sur les formes, les lumières et les ombres, les silhouettes et les textures. Je suis profondément convaincu que lorsqu’on limite certaines choses, on obtient pour résultat d’attirer l’attention des spectateurs sur les éléments restants.” 
Les décorateurs ont testé différentes teintes de gris et de couleurs pour trouver celles qui convenaient : il fallait que les objets comportent suffisamment de contrastes pour ressortir à l’image. Dans certains cas, la couleur d’origine a été conservée car son rendu était plus riche une fois traitée en noir et blanc. Par exemple, les rideaux rouge foncé rendaient mieux en noir et blanc que les gris. Les marionnettes ont été peintes en noir et blanc, tout comme la plupart des décors. Seuls, quelques objets, comme l’herbe et les fleurs qui ne rendaient pas bien en noir et blanc, ont conservé leurs couleurs naturelles.
Tim Burton a été inflexible : Frankenweenie serait tourné en noir et blanc, et ce pour de très bonnes raisons. Le réalisateur explique : “Le noir et blanc fait partie intégrante de l’histoire, de son identité et de son émotion et cela a toujours été très important. Le noir et blanc a quelque chose d’émouvant, un peu comme si c’était un personnage. Voir ce type d’animation en noir et blanc ajoute une certaine profondeur, et la manière dont les personnages et les objets entrent et sortent de l’ombre est très intéressante, elle contribue à raconter l’histoire.

152842427XX00085_Premiere_O 02  152842427XX00003_Premiere_O 02  152842427XX00082_Premiere_O 02

Frankenweenie sortit sur les écrans américains le 5 octobre 2012. Il fut moyennement accueilli par la critique qui lui reprochèrent son manque d'originalité. Les chiffres au box office ne furent guère plus positifs, le film fut à peine rentabilisé avec les recettes US (il a coûté 40M$). Néanmoins, Frankenweenie est tout de même une belle réussite technique et artistique dont le succès ne reflète guère la qualité.

  

Recherches graphiques de Tim Burton :

1984frankenweenie3

donhahn-pg43-frankenweenie-

tumblr_m6iih3ZjjL1r1qwczo2_1280

 

tumblr_m6iiu2YJ9C1r1qwczo1_500

tumblr_ma47pxIxzC1rctlyjo1_1280

frankenweeniedrawing721

 

 

img029 02

 

img030

 

img032

 

img033 01

 

img033 02

 

img033 03

 

img033 04

 

img035

 

img034 01

 

img034 02

 

img034 03

 

img034 04

 

img037 02 02

 

img037

 

img038

 

 

 

img039

 

img043 02

 

img041

 

Recherches graphiques de Tori Davis :

2_frankenweenie_portfolio

1_frankenweenie_portfolio

6_frankenweenie_portfolio

7_frankenweenie_portfolio

8_frankenweenie_portfolio

3_frankenweenie_portfolio

4_frankenweenie_portfolio

5_frankenweenie_portfolio 02

 

Recherches graphiques d'Helen Chen :

Franken1B

Franken2a

tumblr_mdvq2xmAN11rlf3lko1_r1_1280

Franken4 

Franken5

Franken6

Franken7

Franken9

Franken13b

Franken16

Franken18

Franken19

Franken20

Franken21

 

Recherches graphiques de Victor Georgiev :

turtleAttack

victorMovie_layoutF_02small

SparkySeesPrincessSmall

BallPark_panorama_Asmall

CemeteryPanorama

DutchDay

MrRcarconcept 

 

Autres recherches graphiques :

dg_windmill_h_thumb 02

dennis_street_thumb

dg-school-elev-1_thumb

dg_outside_sch_thumb

sparky-meets-princess2_thumb

frankinweenie_thumb 02

dg_windmill_hill_2_thumb

frankenweenie-effects

Frankenweenie-8 02

Victor PJ Design

0609_06 VICTOR_Victor maquette

1003_26 Edga E gore turnaround

Princess_single 02

 

storyboards de Christian de Vita :

frankenweenie_01 

frankenweenie_02

frankenweenie_03

frankenweenie_04

frankenweenie_05

Posté par Cobain59 à 09:14 - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02 octobre 2012

Le Roi Lion

62084881

affich10_02The Lion King (Le Roi Lion) est le 32ème film d'animation des Walt Disney Animation Studios. Il reste à ce jour leur plus gros succès au box office mondial (suivi de près par Raiponce). Qui aurait put se douter qu'il était, à l'époque de sa production, honteusement mis de côté par une majorité des dirigeants et des artistes du studio, préférant se concentrer sur l'autre film d'animation en production à ce moment là, Pocahontas, futur succès annoncé. Pour autant, Le Roi Lion n'avait pas à rougir face à la jeune indienne, tant le potentiel scénaristique pour un grand film était là. Attention, chef-d'œuvre !

KP37_118c_02  KP37_108c_02  KP37_GT_8_02

L’idée du Roi Lion naquit à la fin des années 80, au département scénario des Walt Disney Animation Studios. Contrairement aux adaptations de contes de fées et de romans qui l’ont précédé, Le Roi Lion repose sur un scénario original, développé intra muros. Comme la plupart des projets des Walt Disney Animation Studios, sa conception s’étendit sur plusieurs années, durant lesquelles l'histoire prit des formes différentes et subit de nombreuses modifications. La présence de deux réalisateurs possédant une formation théâtrale, une expérience de la direction d’acteurs et un solide sens narratif, fut un atout important pour le film. Selon le réalisateur Roger Allers, qui commença à travailler sur le film en octobre 1991, “ Le ressort émotionnel du Roi Lion est la relation père-fils. A un moment, le lionceau Simba suit les traces de son père Mufasa, et l’on voit très symboliquement sa petite patte se poser sur l’empreinte géante de celui-ci. Lorsque Mufasa disparaît, Simba se sent démuni et incapable d’affronter la vie. Plus tard, le fantôme de son père lui apparaît pour lui expliquer que son esprit a survécu en lui. C’est sans doute le passage que je préfère dans le film ”. Rob Minkoff, le coréalisateur du film, confie : “ Nous avons essayé d’innover par rapport à des films comme Aladdin , La Belle et la Bête ou La Petite Sirène, qui étaient essentiellement des histoires d’amour. Le rapport père-fils est un thème aussi intéressant, mais qui s’écarte nettement de la tradition Disney ”.

Brenda Chapman (future coréalisatrice de Rebelle), qui supervisa l’écriture du sujet, trouva ce processus aussi stimulant que difficile: “ Il est beaucoup plus délicat d’écrire un sujet original. On ne peut s’appuyer sur aucune structure prédéfinie, et l’on met parfois un certain temps avant de s’apercevoir qu’on s’est fourvoyé. C’est ainsi que la ligne générale du Roi Lion évolua de manière significative depuis sa première mouture, où Simba gardait sa fierté après la mort de Mufasa. Il nous incombait de rendre Simba aimable et sympathique, et son entourage intéressant. Or dans la vie, les lions ne font rien de particulier, à part dormir et manger. Elle poursuit : « Mon voyage au Kenya en 1991 fut une révélation. Il a redoublé mon intérêt pour le projet, et m’a permis de l’aborder avec une connaissance concrète de la faune et de l’environnement africains. C’est également au cours de ce voyage que j’ai appris l’expression populaire “ Hakuna Matata ” et entendu un guide chanter la ritournelle “ Asante sana, squash banana ”, qui devait inspirer la chanson de Rafiki ”.
En avril 1992, après que Rob Minkoff eut intégré l’équipe, Don Hahn présida plusieurs séances de travail, auxquelles participèrent notamment Allers, Brenda Chapman et les réalisateurs de La Belle et la Bête , Kirk Wise et Gary Trousdale. Ces deux jours d’intenses discussions amenèrent des changements radicaux dans la conception de Simba ainsi que dans la deuxième partie du film. Cet été-là, la scénariste Irene Mecchi rallia à son tour l’équipe pour contribuer au développement des personnages. Quelques mois plus tard, Jonathan Roberts se joignit à elle pour résoudre certains problèmes de script et ajouter de nombreuses touches humoristiques au tandem Pumbaa-Timon ainsi qu’au trio d’hyènes.

KP37_MA_861_MIKE_02  KP37_MA_960_02  PDVD_003 02

L’équipe artistique du Roi Lion n’avait pas attendu la fin du scénario pour commencer son propre travail. Objectif : élaborer les décors africains et les styliser de façon à ce qu’ils servent au mieux l’histoire, tout en restant authentiques. Grâce à leur voyage en Afrique, Allers, Chapman et le chef décorateur Chris Sanders (le papa de Lilo & Stitch) avaient acquis une vision nouvelle, plus riche et plus précise, du continent noir et de son milieu naturel. Il fallait maintenant tenter d’incorporer ces éléments dans la texture du film. Le directeur artistique Andy Gaskill a joué à cet égard un rôle clé, en fournissant de nombreux dessins et croquis, accompagnés de multiples suggestions sur les personnages, la mise au net, les effets spéciaux… Sa conception graphique de la séquence d’ouverture “Le Cercle de la vie” (“Circle of Life”), les idées de cadrage et de mise en scène qu’il développa pour celle-ci, fixèrent d’emblée la tonalité réaliste et dramatique du film.

Le superviseur des décors Doug Ball et les 20 artistes regroupés sous sa direction enrichirent les décors en captant subtilement ces jeux d’ombres et de lumières. Le superviseur des effets spéciaux Scott Santoto et son équipe se distinguèrent en restituant minutieusement de nombreux éléments naturels. Randy Fullmer coordonna et harmonisa l’apport de ces diverses équipes. Andy Gaskill et le superviseur du layout Dan St. Pierre cherchèrent ensemble le meilleur moyen de représenter les vastes plaines africaines.

Dans un film comme Aladdin, l’architecture, les vêtements des personnages et quantité d’accessoires fournissent des repères visuels et vous aident à définir l’échelle”, confesse Dan St. Pierre. “Ici, vous n’avez que l’herbe, les arbres et les rochers. C’est seulement en recourant à des plans subjectifs que vous pouvez représenter l’environnement d’un lionceau de 60 centimètres de long.” Les séquences les plus fantaisistes du film, telles “Je voudrais déjà être roi” (I Just can’t Wait to be King) et “Hakuna Matata” doivent beaucoup à l’imagination débridée du chef décorateur Chris Sanders, que l'on retrouvera ensuite en tant que réalisateur sur Lilo & Stitch et Dragons chez Dreamworks.

KP37_MA_273c_02  KP37_MA_562c_02  KP37-MA-479c 03

Recréer les gestes et attitudes des quadrupèdes posa bien des problèmes aux animateurs. Andreas Deja, directeur de l’animation de Scar, décrit ainsi son approche: “Au départ, je me demandais comment j’arriverais à humaniser ce personnage qui ne possède pas de mains. En effet, la main est un moyen de communication et d’expression émotionnelle privilégié, et l’absence de ce membre ô combien essentiel me posait problème. Finalement, j’ai appris à me concentrer sur le corps de Scar, ses postures, l’inclinaison de sa tête, ses mimiques... Il arrive qu’on trahisse ses pensées les plus secrètes par un simple froncement de sourcils. Un animateur peut obtenir des résultats intéressants même à partir d’un très petit nombre d’éléments, pour peu qu’il ait bien compris la scène et ait su la faire “jouer”.” Il poursuit : ”Dans le cas de Scar, j’ai choisi d’exprimer son caractère dissimulateur à travers sa démarche rampante et sournoise, bien différente de celle, noble, puissante, d’un lion ordinaire. Mais ma source première d’inspiration fut le jeu de Jeremy Irons (la voix originale de Scar). La richesse de son interprétation, l’étendue de son registre vocal lui ont permis de tirer le maximum de son rôle. Il joue avec les mots, les savoure, leur ajoute des nuances sarcastiques qui vous réjouissent et vous surprennent à tout instant. Sitôt qu’il avait fini l’une des séances d’enregistrement, je n’avais rien de plus pressé que de regagner mon bureau pour travailler à Scar.” Et d’enchaîner : “Je me suis aussi inspiré de certaines caractéristiques physiques de Jeremy Irons. J’ai toujours été intrigué par son regard sombre et mystérieux, sa coiffure. J’avais envie de m’approprier cela et c’est pourquoi j’ai dessiné des cernes sous les yeux de Scar et lui ai fait cette ample et élégante crinière. 

L’animation des duettistes comiques Timon et Pumbaa fut confiée à Mike Surrey et Tony Bancroft, deux amis qui possédaient le profil idéal pour cette tache et qui avaient déjà travaillé ensemble sur Aladdin (le perroquet Iago) et La Belle et la Bête (Lumière et Big Ben). Pour Mike Surrey, “Le phacochère ne ferait qu’une bouchée du suricate dans la vie. Partant de là, nous n’avons pas hésité à forcer le trait, en concentrant nos efforts sur la personnalité de Pumbaa et Timon”. Un avis partagé par Tony Bancroft qui ajoute : “C’était généralement moi qui démarrais l’animation parce que mon personnage, Pumbaa, sert de tréteau ambulant à cet histrion de Timon, qui fait le pitre juché sur sa tête ou sur son nez. Mais je commençais par discuter la scène avec Mike de façon à partir sur des bases communes. Nos deux héros se renvoient constamment la balle, et c’était un vrai plaisir de travailler sur eux”. L’animation de l’oiseau Zazu, secrétaire particulier et bouffon du roi Mufasa, fut supervisée par Ellen Woodbury, qui à ,l’époque, n’était que la deuxième femme, dans l’histoire des Studios à exercer cette, fonction. Elle visionna, comme ses collègues, des dizaines de documentaires, puis étudia le squelette et le système musculaire des oiseaux, visita la volière de Palm Desert et eut un fructueux “tête-à-tête” avec un calao que lui amena Jim Fowler. Elle confie : “A force d’observer les oiseaux, d’étudier leurs mouvements d’ailes, j’avais l’impression de pouvoir voler. J’en étais arrivée à m’identifier pleinement à Zazu...”

Le vétéran Mark Henn, qui travaillait depuis 14 ans chez Disney, se chargea de superviser l’animation du jeune Simba: “Le Roi Lion m’a d’abord séduit par son contenu émotionnel. Le combat que livre Simba, ses revers et ses triomphes font de ce film une entreprise totalement originale. Comédiens ou animateurs, nous devions tous marcher dans les brisées de ce jeune lion, le suivre pas à pas dans ses épreuves. Pour que le film fonctionne, il fallait que le public s’éprenne de Simba, l’acclame, et parfois, pleure avec lui...

KP37_5273c_02  KP37_MA_463c_02  KP37-MA-689c 02

Roger Allers et Bob Minkoff souhaitaient donner à la scène-clé du film, celle où Scar met à exécution son plan diabolique, une ampleur et une intensité particulières. Selon le scénario, des milliers de gnous affolés dévalant d’une falaise, s’engouffraient dans un ravin, poursuivant l’infortuné Simba avant de piétiner son père. L’effet digne des plus ambitieuses superproductions était inconcevable sans une technologie de pointe. Cinq animateurs et techniciens formés à cette discipline unirent donc leurs efforts pendant plus de deux ans pour réaliser cette séquence de 2mn30 qui constituait à l’époque un exploit sans précédent dans le domaine de l’animation.
Le studio avait déjà recouru à l’infographie pour la séquence du bal de La Belle et la Bête ou pour celle de la caverne d’Aladdin. Pour le superviseur infographique Scott Johnson, “Il arrive qu’un réalisateur désire un effet qui transcende les techniques traditionnelles. C’est là que l’ordinateur peut faire la différence. Il serait beaucoup trop laborieux de dessiner une scène de panique collective comme celle du Roi Lion à la main. En revanche, des animateurs travaillant sur ordinateur peuvent mettre au point le comportement d’un animal et le reproduire en plusieurs exemplaires. Ils peuvent aussi par son biais inventer tous les angles nécessaires à la scène et les conformer au décor”.

Partant d’un simple dessin et d’une animation classique, Ruben Aquino, Johnston et son équipe purent créer sur ordinateur des représentations tridimensionnelles des gnous. Une fois ces images au point, les angles de filmage pouvaient être multipliés à l’infini durant la scène. Pour coordonner le mouvement du troupeau, ils mirent au point un programme qui départageait au sein de chaque groupe les meneurs des suiveurs. Ils pouvaient ainsi personnaliser et différencier les réactions de chaque animal : les faire galoper plus ou moins vite, se cabrer, bondir, etc. En fin de processus, les animations manuelles de Simba et Mufasa furent intégrées aux images infographiques, ainsi qu’aux autres décors et effets, de manière à ce que le troupeau se fonde harmonieusement aux autres personnages de la scène. Cette technologie, intervenant également au stade de la post- production, a amélioré la qualité des plus récents longs métrages, qu’ils soient signés Disney ou d’autres studios. C’était l’ère d’avant Toy Story, qui allait révolutionner à son tour le monde de l’animation.

Aucun grand film d’animation Disney ne serait complet sans ces mémorables numéros chantés qui font progresser le récit, expriment une émotion ou divertissent le spectateur. Tim Rice, parolier des 3 numéros d’Aladdin, fut le premier membre de l’équipe musicale engagé sur Le Roi Lion. Il se souvient : “Le studio me demanda de lui suggérer un compositeur. Qui je voulais, je pouvais choisir le meilleur. Je répondis : “Elton John serait fantastique, mais vous ne l’aurez pas. Il a trop de travail et n’a pas écrit une partition de ce style depuis 25 ans.” Ils l’ont quand même appelé et à ma grande surprise, il leur a donné son accord.” Elton John confie : “J’ai tout de suite aimé l’histoire du Roi Lion et les gens du studio. Les films Disney s’adressent à tous les âges. Chacun, enfant ou adulte, y prend le même plaisir. Le Roi Lion était un projet d’autant plus stimulant qu’il m’amènerait à écrire dans un style complètement nouveau pour moi. J’étais heureux qu’il se déroule chez les animaux parce que Le Livre de la Jungle a toujours été l’un de mes films Disney favoris. Je pense que Le Roi Lion est ce que le studio a produit de plus drôle depuis ce temps, voire depuis sa création.

Disney-Animation-Research-Library-18 02  Disney-Animation-Research-Library-5 02  Disney-Animation-Research-Library-19 02

Le Roi Lion sortit dans les salles de cinéma américaines le 15 juin 1994, et fut immédiatement encensé par la critique et le public. Il rapporta 312 millions de dollars sur le sol américain, et 471 millions de dollars dans le monde, soit en tout 783 millions de dollars de recettes, un record pour un film des Walt Disney Animation Studios encore inégalé aujourd'hui! Il reçut l'année suivante l'Oscar de la Meilleure Musique et de la Meilleure Chanson (pour Can You Felle the Love Tonight), mais pas la statuette tant convoitée du Meilleur Film... Il reçut néanmoins le Golden Globe du Meilleur Film pour une Comédie ou Film Musical, comme La Belle et la Bête deux ans plus tôt. En 1997, Le Roi Lion eut les honneurs d'une adaptation en comédie musicale, ce fut à nouveau un triomphe mais à Broadway cette fois ! Le spectacle devint vite le plus populaire jamais produit par Disney et fut adapté et joué un peu partout à travers le monde depuis 1997. Le Roi Lion eut droit à deux suites sorties directement en vidéo : Le Roi Lion 2 : L'Honneur de la Tribu (1998) et Le Roi Lion 3 : Hakuna Matata (2004), ainsi que deux ressorties ciné, la première en 2002 (en IMAX) et la seconde en 2011 avec l'ajout de la 3D.

Tout d'abord considéré comme un film mineur par Disney, Le Roi Lion réussit à créer la surprise et devint le film phare du nouvel âge d'or des Walt Disney Animation Studios (il en serait même le point culminant selon certain). Le talent des artistes Disney ont transformé ce projet boudé en une oeuvre grandiose, émouvante et épique. En un mot, inoubliable.

 

lion_king_concept_art_color_key_15

lion_king_concept_art_color_key_17

img090

LKD_0885_VD_55_2_ARL

img092_02

img092_01

img092 00

img094 00

img094

img095

lion_king_concept_art_color_key_23 02

img096_02

img097

lion-king-concept-art-d

img101

lion_king_concept_art_color_key_08

img102

lion_king_concept_art_color_key_10

LKD_0885_VD_274_2_ARL

img103

LKD_0885_CK_43_2_ARL

LKD_0885_CK_67_ARL

img106

img107

img108

img109

tumblr_macu1vmRoS1qhh3eho1_1280

tumblr_macu1vmRoS1qhh3eho2_1280

tumblr_macu1vmRoS1qhh3eho3_1280

tumblr_macu1vmRoS1qhh3eho4_1280

LKD_0885_VD_31_2_ARL

LKD_0885_VD_153_2_ARL

LKD_0885_VD_215_2_ARL

1004286785_d891656e66_o

1004286795_8bac300240_o

15757600

1004324057_979562367b_o

1004324077_5ba12d23f4_o

1004324103_8c4f3708ba_o

img110

img112

img111

1005208904_22f91afa72_o

15810053

1005208920_81bf09fa6d_o

Posté par Cobain59 à 20:33 - Permalien [#]
Tags : , , , ,

07 juillet 2012

John Carter

 John Carter

 

John-Carter-Concept-Art-3

John-Carter-Concept-Art-4

John-Carter-Concept-Art-5

John-Carter-Concept-Art-6

John-Carter-Concept-Art-7

BARSOOMhighlandruins1 02

flatCRYSTALPALACEtowardsentrance2 02

HELIUM_Dusk 02

HELIUMairshipDUSTFRONT1b_R 02

oldcityTOP1d 02

POLaft 02

SHIPScomparo1c 02

john_carter___white_apes_key_frame_by_michaelkutsche-d4s77qx

john_carter___tal_hajus_concept_art_by_michaelkutsche-d4vfpd3 02

Thoat_concept2 02

WoolaRun_apple 02

woola-concept-art 02

woola-concept-art-by-michael-kutsche

john_carter___flyer_key_frame_art_by_michaelkutsche-d4xipfw

ryan_church_05

ZODANGAwideaft1_copy 02

tars-study006flt 02

thark002v2 02

thark dress

tharksketch 02

thern003v2

Posté par Cobain59 à 15:11 - Permalien [#]
Tags : , ,

29 juin 2012

Critique Rebelle

77075080_p

 

65927259_p copy

Rebelle, le Pixar cru 2012 est arrivé ! Enfin aux États-Unis en tout cas, il faudra encore patienter jusqu'au 1er août prochain pour le voir débarquer sur les écrans français. Pour ma part j'ai eu la chance de le découvrir en avant-première ce 28 juin à Paris, en présence du (délirant) réalisateur Mark Andrews et de la productrice Katherine Sarafian, qui se sont prêté avec générosité et humour au jeu des questions réponses avec le public après la séance. Alors qu'en est-il de ce 13ème film d'animation du studio à la lampe de bureau? Nouveau chef-d'œuvre? La réponse tout de suite!

b125_71bpub   b160_123pub

Après le désastre artistique de Cars 2 en 2011, on commençait à se demander où était passé le célèbre état de grâce des studios Pixar. En effet, en onze longs métrages d'animation, ils n'avaient jamais faillit, et avaient toujours fait l'unanimité auprès du public comme des critiques, tout en remplissant les tiroirs caisses de Disney à coup de centaine de millions de dollars de recettes. Malheureusement, la success story Pixar fut entachée par Cars 2, suite aux relents marketing bien trop prononcés qui ne trompa personne. Juste avant de visionner cette piètre œuvre, on avait put découvrir au cinéma le teaser du prochain film des studios, j'ai nommé Rebelle. On y découvrait alors l'impétueuse Merida, première héroïne Pixar, parée de sa flamboyante chevelure rousse et de son arc sculpté, au milieu d'une sublime forêt embrumée. En voyant ces premières images je sentis monter en moi un certain enthousiasme et comptais désormais les mois avant de pouvoir enfin découvrir ce nouveau film d'animation fort prometteur. Ce jour est enfin arrivé mais malheureusement, le film n'est pas à la hauteur de mes attentes...

b88_103cs   b23_37pub2

Commençons par les points positifs du film. Tout d'abord techniquement, Rebelle est, sans surprise, tout simplement sublime! Les décors sont criant de réalisme, jamais un Pixar n'avait eu droit à des décors naturels aussi fournis et impressionnants de détails. Les textures sont d'une finesse incroyable, sans oublier les jeux de lumière qui sont assez différents de ce que nous avait habitué Pixar jusqu'ici. Certainement dû au fait d'avoir choisi de créer des décors réalistes et non stylisés. La forêt des highlands d'Écosse est ainsi a mille lieux de la jungle sud américaine cartoonesque de Là-Haut ou des bâtiments rétro de Les Indestructibles. Pour ma part j'ai toujours été un adepte des film au parti pris graphique prononcé, je suis donc légèrement déçu, mais d'un autre côté on en prend tellement plein les mirettes que ce petit détail est vite oublié! Les personnages sont quand à eux bien plus cartoon, peut-être même un peu trop... Le contraste entre les décors et les personnages s'avère parfois déroutant de par leur manque d'homogénéité.
L'animation n'est pas en reste, on est impressionné par le nombre de personnages présents en même temps à l'écran, et la qualité des animations de chacun! Mais le plus impressionnant reste l'animation de la chevelure de Merida, un véritable défi relevé de main de maître par les artistes et techniciens du studio! Elle est d'ailleurs un éléments très important de l'histoire, car c'est le symbole de la rébellion de la jeune princesse face à sa mère.
Autre point positif, la magnifique bande originale de Patrick Doyle. Le compositeur, bien que nouveau dans les rangs de Pixar, n'est pas un débutant. On lui doit par exemple les musiques d'Harry Potter et la Coupe de FeuLa Planète des Singe : Les Origines ou bien encore Thor. La musique de Rebelle est sans surprise composée avec des instruments anciens avec bien évidemment quelques touches de cornemuse. Le tout va à ravir à l'univers du film. On notera également la présence de plusieurs chansons de bonne qualité (mais pas chantées par les personnages,), Touch the Sky et Into the Open Air interprétée par Julie Fowlis (et par Maéva Méline en VF, la voix de Raiponce) et Learn Me Right interprétée par la désormais célèbre Birdy.

b22b_38bcs   b125_22apub

Venons en maintenant au sujet qui fâche, le scénario... L'histoire en soi n'est pas mauvaise, on suit le parcours de Merida avec plaisir et intérêt. La princesse a d'ailleurs un fort capital sympathie, tant elle dénote par rapport aux princesses classiques Disney. Les rapports entre Mérida et sa mère la reine Elinor, basés sur le conflit sont ma foie plutôt intéressants et inédits en animation. La reine, froide au premier abord, se révèle peu à peu au fil de l'histoire et dévoile un personnage plus complexe qu'il n'y paraît. Le roi Fergus est également intéressant dans son comportement vis à vis de sa fille. Autant il s'avère très proche d'elle de par leur intérêt commun pour le combat, autant il est incapable de réellement communiquer avec cette dernière, laissant à Elinor, le rôle de la donneuse de leçon. C'est d'ailleurs plus Elinor qui tient le royaume entre ses mains que Fergus, plus intéressé par la bagarre et les banquets. Les trois petits frères de Merida sont également fort attachants, toujours prêt à faire des farces, au grand dame de leur gouvernante! Ils sont le principal attrait comique du film.
Là ou le bas blesse c'est au niveau du déroulement de l'histoire. Nous suivons les personnages dans leur différentes péripéties sans trop de surprises. Le problème est que, bien qu'attaché aux personnages, on ne les sent jamais réellement en danger, ou en tout cas pas assez pour nous faire frissonner lorsqu'ils se retrouvent face à l'adversité. De plus les réalisateurs ont décidé de placer le film dans un environnement réaliste, on y retrouve bien quelques petites pointes de magie, mais il manque tout de même un peu de fantaisie selon moi. Ce réalisme aurait dut s'accompagner de moments dramatiques plus intenses, ce qui aurait ainsi justifié ce parti pris.
 

b790_49fcs   b585_68pub

Malgré un univers somptueux au fort potentiel et des personnages attachants, Rebelle souffre d'un manque de surprises, de fantaisie et d'un trop grand rapprochement avec Frère des Ours pour réellement se démarquer. Cela reste tout de même un bon film, mais il faudra encore attendre quelques temps avant de voir Pixar nous sortir un nouveau chef d'œuvre...

 

Rebelle sortira dans les salles françaises le 1er août en Disney Digital 3D dans les salles équipées.

Posté par Cobain59 à 13:00 - Rebelle - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

26 juillet 2011

John Lasseter à Paris

John_Lasseter___Paris

 

Le 21 et 22 juillet 2011, John Lasseter était de passage à Paris pour la promotion de Cars 2. A cette occasion les cinémas UGC et la chaîne de magasins Fnac avaient tout deux organisé une rencontre entre le public et le maître de l'animation! Tout d'abord le 21 juillet à 20h, une séance spéciale de Cars 2 était organisée à l'UGC Ciné Cité des Halles, en présence de John Lasseter, réalisateur du film et la productrice Denise Ream. Durant près d'une demie heure, les deux protagonistes ont parlé de leur travail sur Cars 2 et ont répondu à quelques questions du public. Pour ceux qui n'ont pas eu le chance d'être présent à cette projection, vous pouvez retrouver ci-dessous l'intégralité de l'intervention de John Lasseter et Denise Ream en vidéo :

Le lendemain à 18h, nous retrouvions John Lasseter au forum de la Fnac Saint Lazare où était organisé une masterclass exceptionnelle. John parla de son expérience chez Pixar, et répondit à nouveau à quelques questions du public. Un de nos sites partenaire, Pixar-Planet, a retranscrit par écrit l'intégralité de le masterclass, vous pouvez lire cette passionnante intervention ici. Découvrez également ci-dessous un extrait vidéo de cette masterclass et quelques photos de l'évènement.

Photo0535  Photo0535_02  Photo0532

IMG_4007  IMG_4019  IMG_4005

Crédits vidéos : Disney Film Parade & The Art of Disney Animation - Crédits photos : Cobain & BIX!

Posté par Cobain59 à 10:57 - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

06 juillet 2011

Les Instruments de Musique

Les_Instruments_de_Musique

 

1953_toot_1_02Toot, Whistle, Plunk and Boom (Les Instruments de Musique) est un cartoon éducatif sorti le 10 novembre 1953 en avant-programme d'une ressortie de Fantasia. Il fait parti de la mini série Adventure in Music qui compte un autre cartoon sorti quelques mois plus tôt, Adventure in Music : Melody. Dans Les Instruments de Musiques, nous suivons le professeur Hibou, qui tente d'apprendre à ses élèves les origines des instruments de musique moderne.
Il s'agit du tout premier cartoon Disney a être réalisé au format 2.35 : 1 (cinémascope). Le court métrage est réalisé par Ward Kimball, accompagné de Charles A. Nichols. Il s'agit de la seconde réalisation de l'animateur après Adventure in Music : Melody. La direction artistique de Les Instruments de Musique a été confié à Ken O' Connor, mais le style général du cartoon est sans nul doute le fruit du travail de Tom Oreb, dont vous pouvez découvrir les recherches graphiques ci-dessous.

 

tootconcept_i

tootconcept_k

Toot_20art23

Toot_20art18

Toot_2074

Toot_2073

Tootsm_2016

Toot_20art24

Toot_20art28

Tootsm_2014

tootconcept_a

tootconcept_j

tootconcept_f

tootconcept_b

Toot_20art19

oreb_tootstill

Toot_20art27

tootconcept_c

tootconcept_d

tootconcept_e

Tootsm_2017

Posté par Cobain59 à 08:15 - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 juin 2011

Une journée dans la vie de John Lasseter

02

 

À quoi ressemble une journée de travail type du directeur créatif des studios d'animation Disney et Pixar? C'est ce que je vous invite à découvrir dans la série de clichés postées ci-dessous. Ces photos ont été prises au mois de mars dernier, lorsque John Lasseter s'afférait avec son équipe créative à finaliser leur dernier bébé, Cars 2. Il semblerait également que ces photos aient été prise durant le tournage d'un futur documentaire de Leslie Iwerks (petite fille de Ub Iwerks et déjà responsable du passionnant documentaire The Pixar Story), sur le même sujet.

 

01_20110218DayInTheLifeJohnLasseterCars2007_R

7h48 - Départ en douceur : John embrasse sa femme Nancy avant de faire les 60 minutes de route qui le sépare de sa maison, dans le comté de Sonoma, aux studios Pixar basés à Emeryville.

 

02_20110218DayInTheLifeJohnLasseterCars2031

8h13 - Un trajet studieux : Lasseter profite de la route vers les studios pour étudier de nouvelles images en production de Cars 2 sur son iPad. Le directeur technique Apurva Shah a crée spécialement pour lui une application lui permettant d'enregistrer des notes verbales et de les envoyer par email aux départements concernés.

 

03_20110218DayInTheLifeJohnLasseterCars2074

8h52 - Une entrée en grande pompe : Lasseter discute avec A.J. Riebli, un voisin du comté de Sonoma.

 

04_20110218DayInTheLifeJohnLasseterCars2087

9h38 - Quels sont les news? : Arrivée dans son bureau. Son assistante Heather Feng le brief sur la journée qui l'attend.

 

05_20110218DayInTheLifeJohnLasseterCars2106

9h43 - Derrière le bureau : John Lasseter analyse un nouveau trailer de Cars 2, sous le regard de centaine de jouets Toy Story.

 

06_20110218DayInTheLifeJohnLasseterCars2128

10h09 - Petit déjeuner avec des membres de l'équipe de Cars 2 : Jim Murphy, responsable des équipes créative, Denise Ream, productrice et l'assistante Heather Feng profitent du petit déjeuner pour discuter avec John Lasseter.

 

07_20110218DayInTheLifeJohnLasseterCars2149

10h27 - En uniforme : La productrice Denise Ream accompagne John Lasseter à la première réunion du matin. John porte pour l'occasion une chemise aux couleurs de Cars. Ce dernier possède une collection de plus de 350 chemises.

 

08_20110218DayInTheLifeJohnLasseterCars2350

10h47 : Devenir un jouet : Lasseter étudie de près un jouet du personnage John Lassetire ("carisation" de John Lasseter présent dans Cars 2) en compagnie de Jay Shuster, directeur artistique des personnages, Ben Butcher, directeur artistique pour les produits dérivés, Andy Dreyfus, directeur  créatif marketing et la productrice Denise Ream.

 

09_20110218DayInTheLifeJohnLasseterCars2256

11h14 - Faire attention aux détails : Lasseter rejoint les différentes équipes en charge du projet, ici l'animation et les effets spéciaux, dans la salle de projection afin de voir avec eux les éléments à corriger sur les derniers plans présentés.

 

10_20110218DayInTheLifeJohnLasseterCars2262

11h50 - Gros plan : John Lasseter étudie de très près un des derniers plans en cours de réalisation dans la salle de projection.

 

11_20110218DayInTheLifeJohnLasseterCars2225

12h50 : Pause déjeuner : John déjeune avec Denise Ream, Heather Feng et le directeur de production Jake Martin. Ils mangent ensemble tous les midis, aujourd'hui la conversation tourne autour de l'exposition Pixar qui est en train de faire le tour du monde.

 

13_20110218DayInTheLifeJohnLasseterCars2295

13h15 - Nous marchons : John Lasseter marche en compagnie de Jake Martin vers la prochaine réunion. Ils passent devant un magnifique color script géant tiré de la production de Toy Story 3.

 

14_20110218DayInTheLifeJohnLasseterCars2385

13h22 - Faire le tour : Lasseter imite l'expression d'un personnage pour un plan en cours d'animation dans le bureau de Jean Claude Tran. Il revoit avec lui le plan qu'il est en train d'animer, en lui donnant de précieux conseils. Il est entouré du coodinateur de l'animation Max Sachar et du superviseur de l'animation Shawn Krause.

 

15_20110218DayInTheLifeJohnLasseterCars2411

14h04 - Au suivant! : Lasseter continue son tour des animateurs dans le bureau de Tim Hittle en compagnie des superviseurs de l'animation Dave Mullins et Shawn Krause.

 

16_20110218DayInTheLifeJohnLasseterCars2462

14h43 - C'est la fête! : Lasseter fait une pause en prenant un verre dans l'atrium du studio avec le directeur artistique des personnages Jay Shuster, qui fête son dernier jour sur la production de Cars 2 avec quelques membres de l'équipe. Shuster est transféré sur la production d'un autre film.

 

17_20110218DayInTheLifeJohnLasseterCars2438

15h13 - Le bon effet : Lasseter est en salle de projection accompagné de Gary Bruins, responsable des effets spéciaux de Cars 2. Lui et son équipe sont à l'origine des scènes les plus explosives du film.

 

18_20110223DayInTheLifeJohnLasseterCars206

16h40 - Détails, détails : Lasseter a rejoint le monteur Stephen Shaffer dans son bureau pour apporter quelques modification à certaines séquences du film.

 

19_20110223DayInTheLifeJohnLasseterCars219

17h03 - la révision éditoriale continue : Lasseter continue ses révisions de séquences avec Stephen Shaffer et l'animateur Michal Makarewicz jusque tard dans l'après midi.

 

20_20110223DayInTheLifeJohnLasseterCars249

17h26 - Plus qu'un film : En tant que réalisateur et directeur créatif des studios Disney et Pixar, Lasseter participe à l'approbation de nombreux produits dérivés. L'assistante Michelle Moretta lui fait ici un tour des produits en cours de création.

 

21_20110218DayInTheLifeJohnLasseterCars2485

17h57 - Lumières nocturnes : Lasseter traverse les jardins des studios pour aller rejoindre sa voiture. Il passe devant deux des icônes les plus emblématiques du studio, le bébé lampe Luxo Jr et sa balle, héros du premier court métrage des studios, Luxo Jr, datant de 1986.

 

22_20110218DayInTheLifeJohnLasseterCars2503

18h04 - Chaque minute compte : Bien que John Lasseter fait tout son possible pour rentrer chez lui tout les soirs à 18h, il ne manque pas de continuer à travailler durant le trajet, enregistrant encore quelques notes et donnant quelques coups de téléphones pour donner ses directives sur les derniers plans en production.

Source : Stitch Kingdom

 

Edit : voilà ce que donne en vidéo une journée de John Lasseter  :

Posté par Cobain59 à 19:35 - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 juin 2011

Cars 2

1272

  

cars2conceptartengland_02

cars2conceptartitaly_02

cars2conceptartjapan_02

cars2conceptartparis_02

artwork_cars2__08_

artwork_cars2__09_

artwork_cars2__11_

artwork_cars2__12_

artwork_cars2__13_

artwork_cars2__14_

artwork_cars2__15_

artwork_cars2 (16)

artwork_cars2__17_

artwork_cars2__18_

artwork_cars2__19_

artwork_cars2__20_

artwork_cars2__21_

artwork_cars2__22_

artwork_cars2__23_

artwork_cars2__24_

artwork_cars2__25_

artwork_cars2__26_

artwork_cars2__27_

Abaltazar_EiffelTowerModelPacket_2009_02

BB_CasinoEXTFSP_2010_05_25_02

TE_ParliamentDES_2010_06_18_02

JasonMerck_KnightingRoomMural_2010_11_10_3_rgb_rgb

st_pauls_done

te_parliamentextfmp_2010_07_09_02

nm_bigbentleyextfmp_2010_04_02_07

nm_bigbentleyextfmp_2010_04_02_03_02

nm_bigbentleyextfmp_2010_06_11_01_02

17

Cars_2_Concept_Art_11

Cars_2_Concept_Art_12

Cars_2_Concept_Art_26

Cars_2_Concept_Art_50

24

25

KN_ImperialPalaceFMP_2009_10_27_04

3_30_09francescopaintbig_copy

3quarterfrancescomouthview

jlo_francescbling_2009_3_20_2

jlo_francesco_2008_11_28_4

jlo_francesco_2009_3_12_4

4_8_09francescolongback

4_9_09francescoortho15_75scaleup

Posté par Cobain59 à 09:50 - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 juin 2011

Tron l'Héritage

Tron_Legacy

 

51Ixu8isvVL 02A l'occasion de la sortie aujourd'hui de Tron l'Héritage en vidéo, je vous invite à découvrir une nouvelle galerie de recherches graphiques tirée de la production du film. Tron l'Héritage est disponible en DVD simple (14,99€), Blu-ray (19,99€) et Blu-ray 3D (24,99€). Par ailleurs, retrouvez également Tron (l'original) aujourd'hui en Blu-ray. Enfin, sachez que les magasins Fnac ont édité un coffret regroupant les deux films, ainsi qu'une édition spéciale de Tron l'Héritage dans un boîtier métal.

 

img211

img214

img216

img218

img219

02cfe892632f18015fea308a006fc267

slide00

slide29

slide05

slide06

img077 02

img228 02

img227 02

img220 02

img221 02

img222 02

img223 02

img224 02

img225 02

img226 02

Posté par Cobain59 à 08:43 - Permalien [#]
Tags : , , ,

13 mai 2011

Raiponce

34513_461010632984_343565352984_6148518_1158567_n

 

Vous croyiez avoir tout vu de Raiponce, et bien détrompez-vous! Après vous avoir dévoilé les superbes esquisses de Claire Keane, il y a quelques semaines, attardons nous aujourd'hui sur les recherches de Jin Kim, le principal character designer du film. En dehors du personnage de Raiponce dont le design a été crée par Glen Keane, Jin Kim s'est occupé de l'apparence de la quasi totalité des personnages du film! L'artiste débute sa carrière au studio Kennedy Cartoons, basé à Toronto au Canada, avec lequel il participa à l'animation de plusieurs séries animées pour le compte de Disney : Myster Mask, La Bande à Dingo ou bien encore Aladdin. Jin Kim débarque ensuite aux Walt Disney Animation Studios où il travaillera en tant qu'animateur sur Hercule, Tarzan, Fantasia 2000, Kuzco, l'Empereur Mégalo, La Planète au Trésor, La Ferme se Rebelle, Chicken Little et Bienvenue chez les Robinson. Il passa character designer sur le court métrage Glago's Guest, puis sur Volt, Star Malgré Lui. Après un petit retour à l'animation 2D sur La Princesse et la Grenouille où il anima le personnage de Charlotte, Jin Kim devient finalement character designer en chef sur Raiponce.

 

Mère Gothel :

gothel_35_02

 gothel_03

gothel_07

gothel_17_02

gothel_36

gothel_37

mg_32_02

Untitled_2_02

mother_gothel_060_02

mother_gothel_080

mother_gothel_001

 

Bastion (première version de Flynn) :

bastion_21_copy

bastion_22_copy

bastion_rapunzel_02

bastion_rapunzel_03

bastion_rapunzel_04_02

bastion_rapunzel_05

 

Le Roi :

king_15a_02

king_02

Posté par Cobain59 à 18:17 - Raiponce - Permalien [#]
Tags : , , , ,